Forum français sur Theory Of A Deadman
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Interview de Tyler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ptitenana70
Admin
Admin
avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 28/07/2009
Age : 33

MessageSujet: Interview de Tyler   Jeu 26 Mai - 0:04

Une interview très intéressante de Tyler ici :

http://guitarinternational.com/2011/05/25/tyler-connolly-interview-the-truth-is/

Cool
Revenir en haut Aller en bas
angedediamant
Disque d'argent
Disque d'argent
avatar

Messages : 197
Date d'inscription : 18/08/2009
Age : 27
Localisation : Sylvains lès moulins

MessageSujet: Re: Interview de Tyler   Dim 19 Juin - 19:23

J'ai traduit en gros une partie de l'interview. Si ça peut aider...

"Rick Landers : Theory of a Deadman est ensemble depuis 10 ans et votre groupe n'a pas changé, excepté le fait que vous avez eu 3 batteurs. Est-ce qu'ils peuvent garder ce job ?

TC : Non, tous les batteurs sont dingues. (rire général). Notre nouveau batteur, Joe, est formidable. C’est un batteur génial, un mec super et lui, il reste. Nous l’avons intégré au groupe, alors au final, on peut dire qu'on a trouvé notre gars."

Bonne nouvelle!

"Rick : Est-ce difficile de faire la transition quand vous avez été habitué à un autre batteur ou est-ce que ça coule de source ?

TC : Non, tout est une question de personnalité, vraiment, parce qu'il existe beaucoup de bons batteurs. Nous pourrions engager un batteur différent chaque jour et ils pourraient tous jouer leur partie. Nous ne sommes pas Sevenhold. ... Nous n'avons pas grand chose en commun avec Dream Theater. Nous n'avons pas beaucoup de matos. C'est vraiment une question de personnalité. Vous vivez avec cette personne 24h/24 alors nous faisons passer des auditions.

On voit beaucoup de gens et à la fin de la journée, vous devez prendre quelqu'un que vous ne connaissez pas du tout et avec qui vous n'avez jamais passé du temps. C'est vraiment emmerdant.
On espère que cette personne n'a pas des faces sombres que nous ignorons, comme des troubles bipolaires, tu vois ce que je veux dire. Mais c'est un bon gars et quand nous l'avons rencontré, c'était un bon batteur mais il n'avait aucune expérience de la tournée. Il apprend beaucoup et il s'amuse.

Rick : J'imagine qu'au bout de 10 ans, vous avez, de temps en temps, des opinions différentes, que ce soit sur le travail ou des personnalités différentes. Comment gérez-vous ça ? Avec des matraques ? Des couteaux ? Ou est-ce que vous vous balancez des insultes ?

TC : Nous n'avons pas de leader dans le groupe. Je suppose qu'être le chanteur ne fait pas de moi le leader. (Bon, il emploie l'expression "mâle alpha", mais on utilise ça pour parler du chef de meute...) Je n'ai pas besoin de ça. Je n'ai pas besoin de diriger. Je dois garder cette position et ce n'est pas parce que quelqu'un d'autre à une personnalité forte que nous devons toujours nous donner des coups de têtes. Nous balayons nos disputes avec humour.


Même quand quelqu'un est grincheux, vous devez garder votre sang froid. Ce que j'essaie de dire, ce que lorsque quelqu'un est grognon ou de mauvaise humeur, ou si vous êtes en désaccord, vous devez être capable de l'oublier et de pouvoir en rire, parce que vous êtes une sorte de médiateur.

Si vous laissez passer, alors tout le monde va penser, tout à coup : "Pourquoi est-ce que tout le monde est si grincheux tout le temps et n'essaie pas de se détendre ?" Et c'est ce que nous faisons parfois. Nous sommes comme une grande famille. Nous faisons beaucoup de dîners avec le groupe et l'équipe technique. Nous nous reposons, pendant nos jours de congés, comme hier. Je suis allé dîner avec quelques membres de l'équipe technique et un membre du groupe. Ce n'est pas comme si je me posais dans mon hôtel toute la journée et que je restais loin des gens simplement parce que je suis le chanteur. Ça aide.

Rick : En effet. Revenons à l'un de vos précédents albums, Scars and Souvenirs. Ça fait un bail pour vous, les gars. Avez-vous été surpris de son succès ou saviez-vous qu'il allait marcher ?

Tyler : Je ne pense pas. Mais nous savions que nous avions de bonnes chansons et que nous continuions de faire de bonnes choses musicalement parlant et que nous étions créatifs. Je pense que je m'améliore en tant que parolier et dans mon groupe. Je pense que nous avons suivi une nouveau chemin, je suppose. On voyait bien l'attente de nos fans et l'avancée des chansons.
Nous savions que le cd était bien et nous ne savions pas si ça allait avoir du succès.
Bad Girlfriend fut une vraie surprise. Notre label détestait ce titre. Ils pensaient que ça craignait. ( Rire général)

Ils voulaient que je change pas mal de lignes mais nous ne pensions que ça allait changer totalement la chanson. Nous étions là : "Ah, laissez-là telle qu'elle est. C'est juste une chanson rock. Ça ne deviendra pas un single, alors peut importe. Laissez-la. Non, je ne la changerai pas." Je m'en fichais que ça emmerde quelqu'un et la chanson devenait géniale. C'était une chanson énorme pour nous et je disais : " Mon gars, ça me plaît et je ne la changerai pas" parce que la chanson n'aurait pas été si bien. Ça craint mais c'est ça qui la rend bien, je suppose. C'est ça ce que les gens recherchent quand ils écoutent la chanson, son caractère "craignos".

Rick: Est-ce que des chansons ont tellement évolué qu'il serait aujourd'hui difficile de les comparer avec les premières versions ?

Tyler : Non, ça n'arrive jamais. Si je travaille sur une chanson, il ne s'agit pas de la coucher directement sur le papier. Je la retravaille encore et toujours. Non, en fait je l'abandonne directement. Si je ne sens pas une chanson, elle n'en deviendra pas une. Nous travaillons rarement sur une chanson, et c'est mon cas également, avec laquelle nous ne sentons pas d'inspiration. Nous avons eu quelques difficultés pour Scars and Souvenirs. Nous avons une chanson, sur notre nouvel album, qui s’appelle “We were men”. C’est une chanson militaire, une chose que nous n'avons jamais faite auparavant. Nus n'avons jamais écrit une chanson sur la guerre ou le domaine militaire. Je l'ai écrite il y a longtemps et je l'ai jouée pour Dave, le guitariste.
Il a dit ' Eh, c'est une bonne chanson. On va en faire quelque chose." Je pense que je l'ai oublié ou que je n'arrivais pas à la finir et pendant la réparation de ce cd, je suis arrivé ; " Eh mec, tu te rappelles, cette chanson "We were men". Il me dit : "Ouais". Je me lance : "Je pense qu'on devrait essayer de la finir." Il était là "Mon gars, c'était une super chanson". Alors, je l'ai terminée. C'était une exception. Je ne reviens jamais en arrière pour modifier une chanson qui date de plusieurs années. Et c'est une super chanson. Je suis content que ça ait marché. Souvent, j'essaie une fois avec une chanson et si ça ne marche pas, je l'abandonne, tout simplement. Je n'essaie pas de la modifier.


Rick : Comment est-ce que vous décidez ? Quand vous faites un album, partez-vous d'un concept ou arrivez-vous avec les chansons qui vous plaisent ?

T : Oui, il n'y a pas de concept. Il se dévoile tout seul après que nous ayons commencé à rassembler les chansons et à enregistrer l'album en studio. Nous commençons à écouter et à dire : "Eh, tu sais, on va vers ce thème pour cet album" et ensuite, nous insistons là-dessus.
Alors nous sommes allés un peu plus loin, et sur une chanson, je fais vraiment un solo de guitar rockabilly avec l'écho du slapback et je joue sur une Gretch (guitare).


Alors nous avons continué sur cette voie , j'ai changé de coiffure et tout ça a pris un sens. Ce n'était pas un concept au début.
Après avoir écouté un peu de chansons, on s'est dit : " Tu sais, nous pourrions avoir un peu de rockabilly sur ce cd". Ca semblait naturel, nous n'avons pas eu besoin de nous forcer.



Rick : Vous avez des chansons acoustiques sur ce cd?

T : Non, nous n'en avons pas sur ce disque. Nous avons une ballade appelée "Easy to love you", qui est une belle chanson.Je pense qu'elle sera en face B. Elle si belle, qu'elle ne convient presque pas au disque. C'est si bon. C'est presque une chanson de mariage.

Dans notre dernier cd, nous avions une chanson : "Wait for me". Beaucoup de femmes ont aimé cette chanson et elle ressemblait en quelque sorte à notre chanson militaire. "C'est notre chanson de mariage. Il est à l'étranger, en ce moment". C'est chouette. Easy to love me " est une chanson de mariage comme celle-là. Je me suis dit " Allez, on la met sur le cd".
C'est celle qui ressemble le plus à une chanson acoustique.


Rick : Quand vous avez grandi au Canada, étiez-vous un fan de hockey ?

T : Oh ouais. Je le suis toujours.

Rick : Est-ce que vous échangeriez votre guitare contre une crosse ?
T : Non, but c'est drôle car Dean, notre bassiste y jouait. Là om j'ai grandi, c'était le cas de tout de le monde. Ils jouaient, tout simplement. Avant plusieurs années, vers mes 20 ans, je n'ai pas vraiment joué au hocket. Mais je faisais du street hockey tout le temps. Dean rêvait d'intégrer la NHL, de devenir un hockeyeur professionnel.
C'était comme ça.


Rick : Allez-vous faire une tournée après la sortie de l'album ?
T : Ouais. Cette été, nous commencerons en août avec la tournée de Carnival of Madness. Ils ont fait des concerts l'année dernière avec Shinedown and Chevelle, Ball of Mud. On termine, cette année. Ça c'est pendant le mois d'août, après nous ferons les Etats-Unis en septembre
et ensuite, nous irons en Europe.


Rick : Vous connaissez les gars d'Alter Bridge ?
T : Ouais, très bien même. Ils sont supers. En fait, nous les avons vus à un festival, le weekend dernier et nous étions tous heureux avec la tournée. Ces mecs sont vraiment de bons musiciens. MileS Kennedy chante extraordinairement bien. Mark Tremonti peut déchirer. Je l'ai rencontré lorsqu'il jouait avec Slash car notre ancien batteur, Brent Fitz joue avec Slash maintenant. C'est ironique. Je suis allé au concert et j'ai rencontré Miles et Slash.

Revenir en haut Aller en bas
 
Interview de Tyler
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Steven Tyler, juge à American Idol??
» James Tyler Variax
» [Interview] Chat sur Habbo.it : "Gustav & Georg sont là, près de moi"
» [Interview] Bill Kaulitz pour Stern magazine
» Interview fred schneider

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Theory Of A Deadman France :: Theory Of A Deadman :: Discussion générale-
Sauter vers: